Génération TARATATA, le forum des OZ
Hello cher membre zadoré !
Connecte toi donc pour nous faire un coucou !
Génération TARATATA, le forum des OZ

Pour Célianna qui sera toujours là <3


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Julien Doré marche dans les traces de Gainsbourg

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

B.A.D


PsychOZ
PsychOZ

Image © Keystone
Le nouvel album de Julien Doré rejoindra «ce que l'on faisait dans les années 1960, où ce n'était pas des chansons à voix. Je ne pense pas être un chanteur dans ce sens-là.» Comme Gainsbourg


Le nouveau single de Julien Doré, «Les limites», est sorti récemment. Il annonce le premier album du gagnant de la dernière «Nouvelle star», qui sortira en juin prochain et dont nous avons pu écouter six titres en avant-première. Il sera formidable et Julien Doré nous en a parlé. Interview

Karine Vouillamoz - le 26 avril 2008, 16h59
Le Matin Dimanche

Il n'y en a pas deux comme lui. Adoubé par Les Inrockuptibles, invité tout récemment de «Taratata», Julien Doré a changé l'image des artistes issus de la télé-réalité. Avec ses reprises réussies de titres improbables («Moi, Lolita» d'Alizée, «Les bêtises», de Sabine Paturel), le chanteur a marqué un grand coup. Aujourd'hui, l'effet Julien Doré se fait sentir dans «Nouvelle star». Finies les «chanteuses à voix» fans de Céline Dion. Le nouveau panel gratte la guitare et se reconnaît davantage en Franz Ferdinand qu'en Mariah Carey.

De son côté, Julien Doré peaufine son premier album, «Ersatz», dont la sortie est prévue pour le 12 juin prochain. Histoire de patienter, un premier single, intitulé «Les limites», est déjà chez les disquaires. Donne-t-il une impression exacte de ce que sera ce CD? Pour le savoir, Le Matin Dimanche est allé écouter, en exclusivité, six autres titres de cet album très attendu.

Dès la première écoute, une évidence s'impose: la voix n'est pas mise en avant. Les arrangements musicaux sont tout aussi importants que la voix de l'interprète. Sur «Bouche pute» ou «Les figures imposées», il faut tendre l'oreille pour saisir le sens des mots. Julien Doré ne fait pas dans la démonstration vocale et finalement il rejoint ainsi l'école des années 1960, celle de Serge Gainsbourg en particulier. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si la seule reprise de ce futur album est un de ses titres méconnus, «SS in Uruguay», qui est tiré de l'album «Rock Around The Bunker». Julien Doré nous en parle.

Vous venez de sortir un premier single, «Les limites». Jusqu'à quel point est-il autobiographique?
Il est surtout lié à ce que je me figure de la notion de single. L'idée du single me fait chier. Ce titre-là est un peu court, léger, comme ce qui se faisait dans les années 1960. Il y a une cohérence avec la voix qui trace sans effet, sans essayer de trop séduire. Avec l'attente qu'il y avait sur moi, je craignais la manière dont j'allais être traité, avec le premier son envoyé. Du coup, ce titre n'a rien à voir avec les autres morceaux. Ça m'amuse. On va croire que tout l'album est comme ça, alors que justement non. Et ça rejoint ce que l'on faisait dans les années 1960, où ce n'était pas des chansons à voix. Je ne pense pas être un chanteur dans ce sens-là. C'est pour ça que je fréquente Christophe ou Arno. Ils détestent cette notion de chanteur. Imaginer ma voix comme un instrument, c'est plus défendable.

C'est pour ça que la voix n'est pas mise en avant sur les titres de ce futur album?
La voix, ce n'est pas la performance absolue pour faire comprendre aux gens que c'est chanté. Sur la plupart des morceaux, c'est plus calme et mesuré. Et je déteste la variété qui consiste à mettre la voix devant les arrangements. J'essaie de m'éloigner de ça pour ne pas être un chanteur de variété. Je n'aime pas la notion de variété, ni celle de chanteur. J'aime ce qu'on a trouvé avec les musiciens et réalisateurs de l'album. Je voulais protéger cela, car c'est plus proche de mon univers.

Votre prochain album s'intitulera «Ersatz». A quoi fait-il référence?
Son synonyme français, c'est succédané. Ça me faisait marrer, mais je n'avais pas tellement envie de l'utiliser au premier degré. C'était un mauvais jeu de mots à la Laurent Ruquier. Ersatz, c'est ce que vit un artiste dans la société actuelle, le fait d'être traumatisé par des chefs-d'oeuvre, de ne plus être dans la possibilité de créer de nouvelles formes, un nouveau langage musical.

Avez-vous eu une liberté totale pour cet album?
J'avais tellement ouvert ma gueule pendant l'émission que la pression a été égale à zéro. J'ai bossé avec les gens que je voulais, j'ai eu beaucoup de chance.

Y a-t-il des reprises?
Oui, il y en a une de Gainsbourg, «SS in Uruguay», tiré de l'album «Rock Around The Bunker». Mais cette chanson est si peu connue qu'on aurait pu croire que c'était la mienne.

Suivez-vous régulièrement «Nouvelle star»?
Comme un mec qui vient de finir son album, qui bosse sur la pochette, il se trouve que, de temps en temps, le mercredi soir, je regarde l'émission comme un téléspectateur normal. Ça me fait bizarre de voir que ça a recommencé. J'aime bien Philippe Manoeuvre, je le trouve fidèle à son cliché, à son personnage, mais, au moins, il n'essaie pas de se prendre pour un autre. Ce qui n'est pas le cas de tous les membres du jury. Les candidats, je les ai rencontrés, ils sont cool et simples.

N'avez-vous pas la sensation d'avoir crédibilisé «Nouvelle star» avec votre victoire de l'an dernier?
Peut-être, mais ce n'est pas forcément bon signe. Cette année, il y a plein de gars qui font du rock et, ce qui m'embête, c'est que je ne sais pas si ça sert l'émission. L'année dernière, il y avait pas mal de diversité. Avec les chansons, on pouvait toucher ma mère, ma grand-mère ou mon pote des beaux-arts. C'est ce qui fait le succès de l'émission, c'est cette diversité-là. Elle rattache plein de gens en France, elle est crédible et agréable à regarder. Si tout le monde fait du Johnny Cash ou du Bob Dylan, c'est moins marrant. Cette année, on a un peu l'impression qu'ils sont tous de la même famille. C'est ce qui m'ennuie, mais je ne suis qu'un téléspectateur.

Vous allez partir en tournée dès cet été. Ça ressemblera à quoi, Julien Doré sur scène?
C'est trop tôt pour le dire. Là, je bosse pour les premiers showcases qu'on va faire. Mais ça va être cool, il va y avoir des blagues, de la musique, ça va être top. Ce sera aussi bien que «Starmania».



Single «Les limites», distr. Sony BMG.

Dans les bacs le 12 juin: «Ersatz», distr. Sony BMG.


Un «Ersatz» plus osé et de haute qualité

Oubliez tout ce que vous avez entendu de Julien Doré pour vous immerger dans son univers. Car c'est bien de cela qu'il s'agit. «Ersatz», que vous écouterez en juin, a cette saveur-là, celle d'un chanteur compositeur de (bon) goût, avec un vrai sens mélodique. Julien Doré détermine son paysage musical dès le titre «Bouche pute», superbe plage de près de cinq minutes aux accents folk-rock, avant de laisser le morceau éclater dans un instrumental très cinématographique.

«Acacia», accompagné à la voix par la chanteuse de Cocoon, n'aurait pas été renié par la nouvelle garde de la folk américaine.

Le poétique «Les figures imposées», très Art Mengo dans l'âme, rejoint dans l'esprit un «Piano lys» cabossé, parsemé d'éclairs électriques. Il faut ajouter à ces titres-là une reprise, signée Gainsbourg, de «SS in Uruguay». Et un duo avec une personnalité très attachante, Arno.

Ne vous attendez donc pas à retrouver JP Nataf, Bashung ou Cantat au générique de cet «Ersatz». Non pas que Julien Doré ne souhaite pas travailler avec eux, mais ce ne sont que des rumeurs.

Ces six titres reflètent-ils finalement ce prochain album? «Oui, globalement, c'est des morceaux que j'ai écrits. Il y a des titres un peu plus détachés, plus folk, d'autres plus retenus dans le texte. Cet album est assez homogène», conclut Julien Doré. Verdict public? Le 12 juin.

Le lien pour écouter
http://www.myspace.com/juliendoremusic

Voir le profil de l'utilisateur

berny


Taulier de la Taulière, admin
Taulier de la Taulière, admin
Merci Bad. Ce qui se trouve sur son MysPace me laisse de marbre


_________________
Voir le profil de l'utilisateur

B.A.D


PsychOZ
PsychOZ
berny a écrit:Merci Bad. Ce qui se trouve sur son MysPace me laisse de marbre
j'ai pas encore écouté Embarassed
Je le ferai ne serait-ce que par curiosité mais du coup ....si tu dis que ça te laisse de marbre...j'ai un peu des craintes confused

Voir le profil de l'utilisateur

Vero


Taulière du Taulier, admin
Taulière du Taulier, admin
ah ben v'la aut' chose, encore un qui se revendique de gainsbourg pffff


_________________
Moi, Invité , promets de ne jamais faire de bétises sur le forum.

Véritable jungle urbaine qui fabrique les rêves
Là où rien n'est impossible,
Les rues vous réveilleront à la vie
Les lumières vous inspireront à New York.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.culture-et-confiture.com/

kermit__


King of the Nenuphar
Enfin un chanteur qui a des choses à dire... Même s'il peut se tromper ou au contraire être dans la "vérité", ça change de tous ces poseurs à voix, monoexpressifs et autres artistes "commerciaux".
Rien que pour ça, Julien Doré mérite notre estime.
Et je suis parfaitement d'accord avec lui, lorsqu'il souhaite créer du musical et pas du vocal.

Voir le profil de l'utilisateur

Fred


Femme à lunettes
Je pensais qu'il voulait plus se tourner vers le cinoche désormais, ce doit être une rumeur.

Voir le profil de l'utilisateur

alphie712


Black Sabbath Talent Aiguille
kermit__ a écrit:Enfin un chanteur qui a des choses à dire... Même s'il peut se tromper ou au contraire être dans la "vérité", ça change de tous ces poseurs à voix, monoexpressifs et autres artistes "commerciaux".
Rien que pour ça, Julien Doré mérite notre estime.
Et je suis parfaitement d'accord avec lui, lorsqu'il souhaite créer du musical et pas du vocal.


Je te plussoie ! :az:
En même temps, je n'avais pas trop de craintes : Julien est un vrai artiste, donc difficile à "formater"...

Voir le profil de l'utilisateur

alphie712


Black Sabbath Talent Aiguille
A propos de "SS in Uruguay", c'est sur l'album assez méconnu de Gainsbourg, Rock around the bunker. Si vous ne le connaissez pas, je vous engage à le découvrir : c'est un bijou d'humour féroce et cynique sur le nazisme , comme seul un Juif pouvait le faire avec cette provoc détachée si typiquement gainsbourienne... Des textes concis et une musique très rock. Deuxième album concept de Serge après le chef d'oeuvre intemporel qu'est Histoire de Melody Nelson et juste avant l'extraordinaire Homme à la tête de chou...
Il y évoque la cruauté de la guerre , Hitler , Eva Braun, les chambres à gaz , l'étoile jaune, la décadence nazie telle qu'elle est décrite par Visconti dans 'Les Damnés"... Et c'est bien Lucien Ginzburg , qui a porté enfant l'étoile jaune qui chante "Yellow Star" :


J'ai gagné la Yellow star
Et sur cette Yellow star
Inscrit sur fond jaune vif
Y'a un curieux hiéroglyphe
Sur cette Yellow star
Yellow star

J'ai gagné la Yellow star
Et sur cette Yellow star
Y'a peut-être marqué shérif
Ou marshall ou big chief
Sur cette Yellow star
Yellow star

J'ai gagné la Yellow star
Je porte la Yellow star
Difficile pour un juif
La loi du Struggle for life
Quand il y a la Yellow star
Yellow star


Un album à (re)découvrir de toute urgence !

Voir le profil de l'utilisateur

brodie


MAry Poppins Frappadingue
MAry Poppins Frappadingue
merci.

j'écoute les limites qui me titillent agréablement les oreilles pour le moment.

Alphie, je vais chercher çà, merci pour ce texte de Gainsbourg

Voir le profil de l'utilisateur http://fafofil.canalblog.com

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum