Génération TARATATA, le forum des OZ
Hello cher membre zadoré !
Connecte toi donc pour nous faire un coucou !
Génération TARATATA, le forum des OZ

Pour Célianna qui sera toujours là <3


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

"CONTROL" Film sur Ian Curtis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1INCONTOURNABLE "CONTROL" Film sur Ian Curtis le Sam 8 Sep - 17:07

alphie712


Black Sabbath Talent Aiguille

Voir le profil de l'utilisateur

2INCONTOURNABLE Re: "CONTROL" Film sur Ian Curtis le Sam 8 Sep - 17:10

alphie712


Black Sabbath Talent Aiguille
La vie et la mort de Ian Curtis, chanteur du groupe mythique de rock anglais des années 1970, Joy Division. Tiraillé entre sa vie de famille, sa gloire naissante et son amour pour une autre femme, Ian Curtis s'est suicidé le 18 mai 1980 à l'âge de 23 ans, à la veille de la tournée américaine du groupe qui s'annonçait triomphale. Ian Curtis a changé le rock sans le vouloir, sans le savoir.


INDISPENSABLE pour tous les fans de JOY DIVISION !!!

Voir le profil de l'utilisateur

3INCONTOURNABLE Re: "CONTROL" Film sur Ian Curtis le Sam 8 Sep - 17:14

alphie712


Black Sabbath Talent Aiguille
Critique : À ses risques et
périls, « Control » d'Anton Corbijn s’attaque à un mythe du "Rock’n
Roll Suicide" pour lui donner chair et âme : Ian Curtis, le chanteur du
groupe Joy Division devenu après sa mort New Order. Le film se
cristallise autour de la vie de cet homme et ce cristal transparent,
dur et glacé finit par se briser en son cœur comme les percussions de
verre explosées de synthé d’Atmosphère. « Don’t walk away… in silence…
». Adapté des mémoires de Deborah Curtis « Touching from a distance »,
le récit résiste contre les ors mensongers de la légende, fidèle à
cette clarté de la cold wave, ce son épuré et sidérant magnifié par ce
groupe. L’exercice n’a pas l’abstraction dépressive du « Last Days » de
Gus Van Sant sur Kurt Cobain, ni l’hallucination forcée d’Oliver Stone
sur « The Doors ». D’un noir et blanc d’encre, l’image fait corps avec
ce Manchester post-industriel, désaffecté de son rêve économique où
poussèrent avec vigueur et dans une énergie volatile les mauvaises
herbes les plus fascinantes du rock des années 80. Pour saisir ce
moment, on ne pouvait pas rêver mieux qu’Anton Corbijn, ce photographe
habitué des stars (U2 ou Depeche Mode), et grand réalisateur de
vidéo-clips pour entre autre New Order, Nirvana, Coldplay, Red Hot
Chili Peppers ou Johnny Cash …

En suivant le chemin de Ian Curtis sans l’embaumer, il aboutit à une
modernité rageuse, sans concession, rendant hommage à l’exceptionnel
parolier (allons jusqu’à "poète" sans peur) qu’il était (les chansons
sont sous-titrées). Clinique parfois, dépouillé surtout, ce film, à
l’instar de Buster Keaton, est beau comme une salle de bain, patiné par
cette mélancolie de porcelaine du quotidien. Ian Curtis est incarné par
Sam Riley (qui jouait Mark E Smith de The Fall dans « 24 Hour Party
People »), troublant de ressemblance, consumé par un feu intérieur et
poignardé par les compromis.
En souffrance, il vécut deux martyrs
simultanément : ses amours d’un côté, qui l’écartelent entre Annik et
Debbie, sa femme ; une passion qu’il chanta comme s’il devait en mourir
: « Love… Love will tear us apart. Again. » Et de l’autre côté,
l’épilepsie, le mal du Prince de l’"Idiot" de Dostoïevski qui lui
ressemblait tant, le transforme en esclave, assujetti aux crises et à
un traitement médical aliénant. Le « Contrôle » a disparu. Sur un
rythme de valse, la crise potentiellement mortelle succède à un calme
angoissé jusqu’à la prochaine crise. Et cette épée de Damoclès le
frappe parfois sur scène quand il est le plus à nu, le plus vulnérable.
Anton Corbijn capte ici la genèse d'une musique toute de tension
magnétique, d'ondes électriques et limpides, qui reste un modèle
aujourd’hui pour une nouvelle génération de musiciens. Ce portrait est
celui d’une personnalité hors du commun, de sa répulsion pour les
miroirs trompeurs de la gloire, tiraillé entre deux amours le
tiraillent jusqu’à le briser. Car, derrière cette déchirure brutale et
définitive se dissimule le dernier des romantiques, un des plus
désespérés sans doute. Le réalisateur résiste lui aussi à l’attraction
de la légende et dénude de sa flamboyance ce mythe pour mieux lui
rendre son essence, sa pureté.

Delphine Valloire ARTE

Voir le profil de l'utilisateur

4INCONTOURNABLE Re: "CONTROL" Film sur Ian Curtis le Sam 8 Sep - 17:23

alphie712


Black Sabbath Talent Aiguille
La bande son s'annonce bien :

1. New Order - "Exit"
2. The Velvet Underground - "What Goes On"
3. The Killers - "Shadowplay" (Joy Division Cover)
4. Buzzcocks - "Boredom (Live)"
5. Joy Division - "Dead Souls"
6. Supersister - "She Was Naked"
7. Iggy Pop - "Sister Midnight"
8. Joy Division - "Love Will Tear Us Apart"
9. Sex Pistols - "Problems (Live)"
10. New Order - "Hypnosis"
11. David Bowie - "Drive In Saturday"
12. John Cooper Clarke - "Evidently Chickentown"
13. Roxy Music - "2H.B."
14. Joy Division" - Transmission" (Performed by the cast)
15. Kraftwerk - "Autobahn"
16. Joy Division - "Atmosphere"
17. David Bowie - "Warszawa"
18. New Order - "Get Out"

Voir le profil de l'utilisateur

5INCONTOURNABLE Re: "CONTROL" Film sur Ian Curtis le Sam 8 Sep - 17:47

alphie712


Black Sabbath Talent Aiguille
Un extrait :

http://www.youtube.com/watch?v=pnjV74WaLzE

L'acteur Sam Riley est parfaitement crédible en Ian Curtis !


Le vrai Ian Curtis en live en 79 :

http://www.youtube.com/watch?v=JCVHAjTBb1U

Voir le profil de l'utilisateur

6INCONTOURNABLE Re: "CONTROL" Film sur Ian Curtis le Dim 9 Sep - 14:35

berny


Taulier de la Taulière, admin
Taulier de la Taulière, admin
Merci Alphie. Effectivement trés belle bande-son. Si je comprend bien, le film est en noir et blanc ce qui colle bien à l'incroyable spleen d'Ian Curtis. A tous je conseille le best of intitulé "Permanent" que l'on trouve (du moins en Belgique) à un prix rikiki. Il comprend les 4 titres définitifs que sont "She Lost Control", "Love Will Tear Us Apart", "Transmission" et surtout l'hypnotique "Athmosphere", à mon sens leur chef-d'oeuvre ne fusse que pour le jeu de basse absolument magnifiue de cet excellent bassiste qu'est Peter Cook.
Un des premiers à jouer de la basse comme une guitare (et donc parfois avec un onglet). C'est peu dire qu'il a fait des émules ...

Maintenant, par rapport au film, j'ai peur qu'il soit mal distribué. Je vais vérifier où le voir à Bruxelles.
Ma peur est aussi fondée sur la non distribution du film sur Joe Strummer de Clash ... Aaaargh


_________________
Voir le profil de l'utilisateur

7INCONTOURNABLE Re: "CONTROL" Film sur Ian Curtis le Dim 9 Sep - 17:08

J'pense qu'il y aura plus de copies que pour le film sur Strummer, là Control était à Cannes, et on en a beaucoup plus parlé déjà... et réalisé par un photographe/clipper célèbre !
Il va être chouette ce film. Ma chanson préférée de Joy Division est aussi Atmosphere, un bijou.

Voir le profil de l'utilisateur

8INCONTOURNABLE Re: "CONTROL" Film sur Ian Curtis Aujourd'hui à 13:24

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum