Génération TARATATA, le forum des OZ
Hello cher membre zadoré !
Connecte toi donc pour nous faire un coucou !
Génération TARATATA, le forum des OZ

Pour Célianna qui sera toujours là <3


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

"Je ne me la pète pas !"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 "Je ne me la pète pas !" le Dim 29 Avr - 21:02

jetset


Modérateur de choc
Modérateur de choc
"Je ne me la pète pas !" (28/04/2007)


© D.R.

Christophe Willem nous parle de son premier et réjouissant album

BRUXELLES Perfectionniste dans l'âme, Christophe Willem a pris son temps pour sortir son premier album. Et Dieu sait s'il était attendu. Inventaire, c'est le nom de cet ovni musical, véritable brassage de genres, a atterri en tête des charts français dès sa sortie. Hier, sur une terrasse ensoleillée, le sympathique Christophe nous confia son ahurissement. "Je ne m'en rends pas compte, sincèrement. Je suis super-content de voir que les gens ne se sont pas arrêtés à l'émission et qu'ils ont continué à suivre après. C'est super encourageant et je suis content pour les gens qui ont travaillé avec moi, parce qu'ils m'ont tous accordé beaucoup de leur temps, alors qu'ils étaient sur des projets multiples les uns et les autres."

Pourquoi avoir mis autant de temps à sortir ce disque ?

"Il fallait du temps pour tout créer parce que aucun titre n'était fait à l'avance. Il a fallu réunir les équipes avec lesquelles j'avais envie de travailler. Il fallait que les plannings coordonnent, que l'écriture et la composition coulent de source. Forcément, ça a été assez long et il y a eu aussi une vraie phase de rencontre. Zazie, Valérie, Bertrand Burgalat et les autres, on a tous appris à se connaître avant de travailler. C'est le vrai souci qu'on avait : ne pas faire les choses comme ça sans se connaître."

Les premières personnes que vous remerciez, à la fin du livret, sont les membres du jury de La Nouvelle Star...

"J'ai voulu remercier les personnes dans l'ordre. Le jury d'abord, les personnes de la prod ensuite, les gens de mon label, mes amis qui me soutiennent depuis le début. Mais le jury, c'est symbolique : sans lui, je ne serais pas là. Ma soeur m'a inscrite à l'émission mais ce n'est pas elle qui donnait les quatre oui. Le jury, quand même... Il faut rendre à César ce qui appartient à César. C'est normal que mes premiers remerciements vont vers eux."

Avoir choisi Élu produit de l'année en premier single, ce n'était pas innocent ?

"Non. C'était une manière de montrer un peu la lucidité que j'ai sur mon parcours. Certes, les médias m'ont apporté beaucoup de soutien mais, en même temps, il faut rester les pieds sur terre et se dire que tout ça, l'émission, ça reste un phénomène momentané. Après, il faut exister en tant que tel, plus en tant que produit. Et en même temps, je ne crache pas sur ce que j'ai fait. Au contraire, c'est un clin d'oeil à l'émission. Et à pas mal de gens aussi. Parce que, pendant le temps où je préparais l'album, je n'ai pas donné d'interview. Je trouvais ça ridicule : il y a tellement de trucs qui s'étaient dits sur moi pendant l'émission que je m'auto-gavais. Je me voyais partout, ce n'était pas possible. Je me soûlais tout seul... Je me suis dit on arrête tout ça et on se concentre sur la musique. Plein de gens se sont dit alors que j'avais chopé le melon : il bosse avec Zazie, donc forcément il se la pète. Mais si je chante un truc pareil, honnêtement, c'est que je suis loin de me la péter. Je me fous de ma propre gueule."

Quelle était votre envie en entrant en studio ?

"C'était les textes qui m'importaient. À partir du moment où j'ai décidé qu'on allait chanter en français, il fallait que les textes soient en béton armé. J'étais complètement obsédé. Avec tous les gens qui sont sur l'album, forcément, il n'y avait rien à dire. Mais c'était ma première angoisse. En studio, j'étais axé sur l'aspect pointilleux des choses. On peut revenir sur plein de choses en studio, on peut être perfectionniste et quand on est perfectionniste dans l'âme, c'est un vrai confort. Maintenant, c'est très différent du live. La critique que je ferais à mon album, c'est ce côté statique. Quand, en plus, on vient de la télé, les gens nous découvrent en live, il y a une chaleur... L'album, c'est une trame de quelque chose qui va prendre vie dans le temps. C'est comme le sommaire d'un bouquin."

Christophe Willem, Inventaire (SonyBMG).

Propos recueillis par Déborah Laurent

© La Dernière Heure 2007


_________________
Voir le profil de l'utilisateur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum